Lettre ouverte à Laurent Ruquier

 

Cher Laurent Ruquier,

 

Je vis en Asie depuis plusieurs années et grâce à On n’est pas couché, la seule émission que je regarde assidûment, je pouvais garder un lien audiovisuel avec mon pays, d’intérêt et riche, grâce aux trois orientations de votre émission : la politique, l’analyse socio-philosophique et l’expression artistique/littéraire.

Cette année électorale donna l’occasion à de nombreux débats. Pour ne rien vous cacher, et comme un clin d’œil (l’autre) à notre regretté Coluche, je porte à droite, mais supporte à gauche.

 

Je vais maintenant droit au but.

 

La saison 2016-2017 de On n’est pas couché fût ternie, à mon sens, par trois impairs.

D’abord le choix hasardeux de Vanessa Burggraf qui, c’est le moins que l’on puisse dire, n’a pas contribué à faire briller l’émission. Fort heureusement, l’excellent Yann Moix tenait les débats. Bref, on pardonnait à la nunuche grâce aux vives envolées de l’intello et, il faut le reconnaître, à votre sens aigu de l’équilibre et de la hauteur de vue.

Ensuite, votre acharnement très personnel contre François Fillon fut si malsain que même vos journalistes et plusieurs de vos invités (de droite comme de gauche) en eurent la nausée.

Enfin, vous avez fait preuve d’une complaisance ahurissante (que vous avez d’ailleurs reconnue) avec Jean-Luc Mélenchon – certes le plus doué sophiste de cette présidentielle – en le laissant professer tranquillement ses coups de magiques baguettes budgétaires, tout en mettant sous le tapis son inquiétante complaisance avec de sombres dictateurs.

 

Loin de votre plateau, on a subi deux autres épisodes consternants. Celui de TPMP et l’ignominie de Cyril Hanouna contre un homosexuel, mais aussi la sortie, dans L’émission politique, de Christine Angot contre François Fillon. C’est bien la nausée à nouveau qui prenait la gorge de nombre de téléspectateurs, là encore, qu’ils fussent de droite ou de gauche. Dans ce dernier cas, la responsable a elle-même reconnu qu’elle ne voulait pas aller dans le débat de peur de se faire « écraser ». Elle a donc opté pour la plus vile des options : celle de vomir sur un homme en utilisant le ressentiment populaire, la plus basse des forces (réactives plutôt qu’actives aurait dit Nietzsche), sans lui accorder un quelconque droit de réponse. Grand moment de consternation audiovisuel, grand malaise sur le plateau.

 

Et voilà que vous offrez sur un plateau justement, le vôtre, pour 2017-2018, la statue du mérite à cette écrivaine improvisée journaliste, sous le prétexte, selon vos dires, que l’on aura droit avec elle à des moments « d’opinion et d’émotion » ? C’est donc cela la télévision de demain à offrir à nos enfants pour une émission de cette stature : mettre au pas la raison et laisser déverser les opinions, les passions tristes, la haine unilatérale… tant que l’audimat est au rendez-vous ? C’en est trop pour moi. Pardonnez mon exigence, mais je me faisais une plus haute idée de votre mission. Immense gâchis.

 

À la rentrée donc, le samedi, je ne me coucherai toujours pas, mais plus avec vous ! Plutôt que me m’avachir devant une émission à dormir debout, j’irai dehors, boire des coups avec mes potes.

 

Michael Doukhan

Ningbo (Chine), le 3 août 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *