Réaction des lecteurs

Par Marina (sur amazon.fr)

L’auteur nous livre une vue synthétique et claire des grands courants de pensée philisophique et rebondit de page en page sur des sujets brulants qui touchent la France d’aujourd’hui. Dépassant les clivages gauche/droite, il nous livre SA vérité, dérangeante, mais positivement critique et apolitique. Certaines diatribes acerbes, redondantes, ont l’effet « marteau » voulu par l’auteur. Elles font mouche et titillent le lecteur, qui peut être énervé par tant de culot. Mais du culot, il en faut pour s’attaquer aux incohérences de l’esprit français, à nos excés, nos manques, notre égocentrisme, nos râleries d’occidentaux nantis. Il le fait avec lucidité et tendresse, et dis tout haut ce que bon nombre de gens pensent tout bas. Ce livre n’apporte pas une solution toute faite, mais nous invite à ouvrir les yeux pour mieux la chercher.
Par MONJACQUES (sur fnac.com): Un vent nouveau
Dans la lignée des de Closet et Minc,la philosophie en plus, Michael Doukhan , voyageur devant l’etrnel, a finement detecté la problematique de notre chere France: le conservatisme, l’immobilisme, le nombrilisme, de là ou l’on voit le mieux : l’exterieur!! il nous ouvre quelques portes et donne quelques directions sans donner de leçons. entre experience personnelle et etude du comportement de la planète, il nous livre un message tres clair: FRANCAIS REVEILLEZ VOUS

 

Par Pontrosay (sur fnac.com): Une pensée libre, originale et constructive
Véritable pamphlet décapant mais constructif,sans concession mais généreux,intimiste et bien humain,en appelant au REVEIL voire à l’EVEIL.Au-delà du titre provocateur, la lecture du livre révèle, dans un style tonique, une synthèse humble mais éclairante et remarquable des courants de pensées qui ont marqué l’Humanité.Bien au-dessus du « livre de plus sur la crise ».A Lire!.

 

Par PEButtin (sur fnac.com): Un peu d’air frai
Livre agreable a lire presentant une vision interressante du nombrilisme français vu depuis l’exterieur. Il est temps que le « systeme français » reagisse avant de se faire laminer par d’autres cultures.

 

Par yvesam (sur fnac.com): Un livre vivifiant
Contrairement à ce quon pourrait craindre par son titre, ce livre, loin dêtre un catalogue de vérités toutes faites, didées reçues récoltées dans la rue, est, bien au contraire, une invitation, page après page, à penser, enfin, par soi-même. A l’opposé du discours politique, lauteur ne dit jamais ce quil faudrait faire pour que, par un coup de baguette magique, la France se relève, mais incite chaque Français, individuellement, à vivifier son esprit, à trouver son propre chemin vers plus de positivité. Lecture tonifiante et éducative, ping-pong permanent entre lanecdote drôle et une multitude de références historiques, philosophiques A lire de toute urgence !

 

Par NIKAYA (sur fnac.com): Cri déchirant
J’ai ressenti ce livre comme un cri déchirant qui ne laisse pas le lecteur indifférent. L’auteur atteint son but, il nous écorche vif avec ses vérités qui fâchent. MERCI pour ce réveil.

 

Par Aesa (sur fnac.com): Invitation à l’introspection
Un grand coup de pied dans la ‘glande assistée’ et l’attente perpétuelle d’aides diverses qui font que ce pays minuscule est en faillite! BRAVO ! BRAVO ! Outre/ et avant les soi-disant difficultés de la crise (pas pour tous), ce livre est un vrai ‘coup de pied aux fesses ! On se bouge, on se bouge….France : tout petit pays ridicule qui veut (encore) faire face aux grands !!!! Et français, vous (dont je fais partie) …arrogants, donneurs de leçons, pauvres insolents des siècles passés qui vous sentez supérieurs !!!!! J’ai aussi, moi- française – du mal à vous comprendre ! Le bouquin décrit beaucoup de vérités de l’administration française et des n’importe quoi dont elle est particulièrement friande (qu’il ne faut pas dire (bien sûr)! A LIRE TOTALEMENT .. Pour les idées et les références à certains grands philosophes qui sont (et devraient) être toujours d’actualité ! Encore bravo pour l’auteur (on regrette qu’il soit loin et puisse paraître ‘ déconnecté’ … Mais il a su aussi prévoir avec son échange ‘avocat du diable ‘ les réponses aux reproches éventuels ! Alors ..lisez…lisez…et oeuvrons ensemble .peut-être !! BRAVO L’AUTEUR ! AESA Dans un autre style.. mais non moins pertinent : lisez ‘ Pas si fous ces français’ de J-B Nadeau et J. Barlow (çà évoque beaucoup !)

 

Par YA1007 (sur fnac.com): Un livre qui bouleverse
Ce livre ne peut pas vous laisser indifférent : il boulverse a la fois les codes littéraires tout comme le lecteur. Rempli de références philosophiques il permet d’ouvrir les yeux sur ce qu’est devenu la société francaise. Et après tout qui mieux qu’un « Francais de l’exterieur » pour la décrire?

 

Par Jean-Pierre Aguiard

Modestes réflexions et impressions d’après lecture du livre de Michaël Doukhan:“Français réveillez vous, le syndrome généralisé de Peter Pan”

L’expression « Français réveillez vous etc… » est relativement courante dans les titres de livres actuels traitant de la crise socio-économique, de même que la référence au « syndrome de Peter Pan » dont souffrent réellement et profondément des hommes qui se sont  coupés de leurs propres sentiments, et refusent de grandir (vivent dans leur rêve).

Une approche humaniste et solidaire de l’organisation démocratique  et républicaine de la société peut être troublée par ce titre, un peu provocateur (mais sûrement pédagogue), qui semble rejeter la responsabilité des causes de la crise sociétale, économique actuelle sur les Français citoyens endormis préférant compter fleurette à la fée clochette , plutôt que de se mettre au travail…

Du moins, ce fut mon impression première, aussi rapide que superficielle, à mon premier contact avec le livre.

Mais…la  lecture agréable du texte, la tonicité et le style du livre et de son auteur, en appellent effectivement au REVEIL voire à l’ÉVEIL!!! et la pensée de l’auteur va bien au-delà du « simple livre de plus » sur la crise mondiale qui nous  qui frappe actuellement.

Ce pamphlet décapant, mais constructif,  sans concession, mais généreux, parfois intimiste et bien humain, émanant de l’esprit d’un homme Libre ayant réussi brillamment la synthèse des courants philosophiques qui ont marqué l’Humanité, parle en effet à notre tréfonds en termes quasiment initiatiques et sans prétention, mais avec une puissance intellectuelle hors du commun qui se situe à la fois au niveau et à la fois bien « au-dessus » des « recettes » que  certains proposent sans aucun doute… comme La Vérité.

Voilà effectivement que l’auteur nous propose sur un ton allègre voire joyeux, de nous débarrasser de nos vielles lunettes de la « non-vérité », de nos veilles « peaux », de devenir ce que nous sommes réellement, d’aller vers soi, de nous extraire de la léthargie ronronnante dans laquelle nous vivons  habituellement en vieil homme avant l’âge.

Projet  salutaire et sympathique, qui peut rappeler à certains que la Lumière et de plus en plus brillante plus on s’enfonce à l’intérieur de soi, à la recherche de notre Vérité. (Notre Vérité pas LA Vérité).

L’auteur nous propose une synthèse éclairante de l’évolution de l’espèce humaine, pétrie d’animalité, animalité pourtant rejetée par l’Homme dont l’esprit se voile peu à peu de culture, de morale, se sclérose sous les couches des notions de Bien et de Mal qui finissent par dépasser l’homme et vivre en dehors de lui !!!

Avec Spinoza et d’autres grands penseurs de Liberté, l’auteur nous invite à s’attaquer aux socles fondamentaux du Bien et du Mal, qui n’existent pas, bien qu’existent les notions de BON et de MAUVAIS.

Totalement conquis par l’approche (qui est profondément notre depuis quelque temps…), que l’auteur a de l’illusion appelée Vérité!!! nous partageons son invitation a l’oublier.

De même, l’approche freudienne selon laquelle l’« Homme n’est pas maître dans sa propre maison » : l’inconscient restera la boite noire de chacun , toujours différente d’une personne à l’autre…

De même quand l’auteur nous met en garde « contre la fierté scientifique humaine trop humaine!! » et les illusions dont se nourrissent les scientifiques… Seul « le mouvement » incessant de la recherche de la vérité est la seule vérité qui soit…!

Enthousiasme à la lecture du paragraphe sur Nietzsche le libérateur!!! « Vous êtes la Vérité! »

Enthousiasme total jusqu’à la fin du livre d’ailleurs.

Ce livre mérite non seulement d’être lu, mais par la puissance de ses nombreux apports sur les plans philosophiques, humanistes, économiques et sociétaux, il devrait être présenté et remis au plus grand nombre, comme œuvre de Sagesse.

Jean-Pierre Aguiard

Par Vincent Liebig

Monsieur Doukhan,

Étant un grand lecteur, il m’arrive souvent d’aller à la recherche de nouveaux recueils, pour m’enrichir de l’expérience des auteurs anciens et contemporains.
Je suis tombé sur votre ouvrage « Français réveillez-vous », et pour commencer, votre livre a au moins le mérite de soulever des interrogations légitimes, en ces temps de crise, il est bon se remettre en question et de prendre du recul.
Cela dit, moi aussi, j’aime énormément mon pays, et honnêtement, j’avais l’impression de faire partie d’une nation exécrable, et me suis souvent senti insulté.
Votre décryptage, des enseignants est, pour le moins, partisan et manque cruellement d’une connaissance approfondie de tous les milieux que vous fustigez. Parce que sans doute, il y a des personnes telles que vous les décrivez, mais il y a aussi (à mon sens, plus généralement), des personnes dévouées qui ne comptent ni leur temps, ni leur énergie à vouloir faire réussir leurs élèves.
Pour faire court, j’ai envie de vous dire, que Oui, certainement, nous avons des défauts, et Oui Sûrement, notre pays et notre système est perfectible. Maintenant, quant à dire que nous sommes les pires et que nous ne valons pas plus que des scories, moi je suis en total désaccord.
Sachez aussi que ma critique ne concerne que les extraits du recueil, m’en tenant là pour sa découverte intégrale.
Aussi, si vous tenez tant à changer ce pays, je vous suggère d’occuper les responsabilités (que nous refuserions d’assumer), il est toujours plus aisé de redresser le navire lorsque l’on se trouve dedans…
En tous cas voilà, nous ne sommes peut-être pas les meilleurs, mais les pires, nous en sommes (bien heureusement), encore très très loin…

Malgré tout, je vous souhaite bonne chance, car, même si je suis contre une grande partie de vos jugements, je suis entièrement pour que vous puissiez l’exprimer au plus grand nombre.

Amicalement.
Vincent Liebig

 

Réponse:

Bonjour,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier sincèrement pour votre commentaire. L’objectif de ce livre est de lancer un débat et, sans a priori aucun, j’apprécie ceux qui y participent dès lors qu’il y a argumentation. Votre email a ce mérite.

Dans le livret d’extraits que vous avez lu, seule une partie de ma vision de l’éducation nationale est évoquée. Je fais ensuite une analyse historique et sociologique de l’état d’esprit des acteurs de cette grande institution, et mets en avant et explique le décalage entre le souhait individuel de chaque enseignant que le mammouth évolue et l’immobilisme d’ensemble dès qu’on essaie la réforme. L’enseignant est réformateur et plein d’idées originales seul au coin du feu, mais immobile dans la rue dès qu’il fait corps avec ses collègues ; c’est une de mes thèses que j’ai souvent vérifiée. Je n’ai jamais enseigné et je sais que je serais un piètre enseignant à cause, entre autres, de mon manque de patience. Je décline donc votre invitation à relever la barre de l’éducation nationale (!) mais je sais faire d’autres choses (commerce international). Nous en sommes tous là, n’est-ce pas ? Mais, pour revenir à nos moutons,  je connais assez bien l’éducation nationale (de l’extérieur il est vrai) car une grande partie des membres de ma famille y travaille. Ils m’ont longuement commenté ce passage du livre, parfois de manière virulente, parfois avec une hauteur et un détachement qui m’ont surpris et éclairé. J’ai un immense respect pour eux, pour leur dévotion ; ils font, je me répète, ce que je ne serais jamais capable de faire et pourtant j’ai osé écrire ce chapitre. Il ne s’agissait aucunement de fustiger les enseignants, mais dans le contexte global de mon livre, je me devais de leur dire « réveillez-vous », car l’état des lieux n’est pas brillant (j’en parle précisément dans le livre) et il faut par tous les moyens casser cette image que nous sommes parmi les meilleurs. Je ne dis pas dans mon livre que nous sommes les pires (je ne sais pas où vous avez lu cela?) mais se comparer avec ceux du bas de l’échelle n’est ni utile ni souhaitable ; la bonne question est : pourquoi ne sommes-nous pas les meilleurs ?

Ce livre d’extraits n’était peut-être pas une bonne idée finalement. Contrairement à ce que vous pensez, je ne fustige personne. Et je suis bien loin du « système du jugement » (j’y a même consacré un chapitre). Cette lecture « première » est même en contresens avec l’esprit de ce livre, vous le comprendriez si vous l’aviez lu entièrement. Oui, je fais des commentaires sur les enseignants, les parents, les patrons, les syndicalistes, les fonctionnaires, sur moi-même… dans le seul but de dire : « attention, nous sommes immobiles et les autres bougent ; à chacun de se lever et d’avancer sur le chemin de son choix ». Pour ce faire, je titille, mais jamais je ne prétends dire « vous devez faire ceci ou cela », car c’est là que réside le germe de l’idéal (que je combats dans chaque page) : proposer des solutions toutes faites c’est ainsi anéantir la pensée individuelle (suivre un idéal c’est suive la pensée – ou le rêve – d’un autre, comme l’expliquait brillamment Deleuze). Non, à chacun de penser seul et de choisir son chemin.

Mon livre n’est donc pas une analyse macro-économique des différents sujets abordés ; cela est fait tous les jours dans les journaux. Mon approche est individualiste : toi lecteur, es-tu capable de te dire « malgré les apparences, je suis en état de somnolence et si je me réveillais, j’avancerais ; je prendrais ainsi des risques, mais j’avancerais ». Le mouvement, c’est la vie. L’immobilisme c’est la mort. Je pense que seule la somme des mouvements individuels remettra en marche la France, certainement pas le rafistolage d’une vieille idéologie ni l’invention d’une nouvelle. Mais cette prise de conscience individuelle, cette capacité à se remettre en question, à porter un regard critique sur ce qu’on a fait toute sa vie… requiert un immense courage. Pour tenter de réactiver ce courage, j’ai fais le choix d’un certain style pour mon livre…

Bien cordialement,

Michael Doukhan

 

Réponse:

Monsieur Doukhan,

Je viens de lire votre message et vous remercie de votre réponse argumentée (c’est toujours la meilleure façon d’avancer). Concernant votre doute sur la mise en ligne de vos extraits, je vous réponds de façon catégorique, OUI, l’idée n’en est que meilleure, mais peut-être vous suggérais-je de sélectionner, les passages (ou plutôt un chapitre) qui vous semble le mieux parler de votre ouvrage, parce qu’il a au moins l’intérêt de se poser des questions et d’ouvrir le débat (et ça, dans notre pays, je conviens que ce ne peut-être qu’une bonne chose).

Vous savez, je ne doute aucunement de vos intentions, louables, de vouloir faire avancer les opinions (qui  peuvent parfois sembler figées) ; Cela dit, est-il vraiment nécessaire de comparer, (de façon somme toute plutôt généralisée), les patrons, d’enfants (vous conviendrez de la virulence du propos, et c’est, entre autres choses, ce qui m’a laissé pensé que vous nous considériez comme les pires, ou sinon pas très loin pour le moins). Parce que, pour reprendre cet exemple (et ne pas disserter sur vos extraits en intégralité), je ne vois pas s’il y a pire attaque, que dire d’eux, ce sont des patrons enracinés dans leur idéal du décideur magistral (je vous fait aussi remarquer qu’on pourrait considérer cela comme une mentalité, un peu comme la politique ou tout est centralisé au président, et presque jamais sérieusement remis en question).

Concernant, les professeurs, je vous avoue que j’ai peut-être été plus touché que les autres. Ayant, moi même été presque exclusivement éduqué par une institutrice, qui m’a transmis un amour inconditionnel des lettres, et au passage du pays dans lequel nous avons la chance de vivre, et également ayant pour concubines 2 professeurs de Français (sans rapport conscient). J’ai peut-être montré plus de bornes que j’aurai voulu. Mais voilà, étant moi même le produit, de la dévotion de nombreux professeurs successifs, j’ai le plus grand mal à abaisser la vision de ce métier dont je connais les plus grandes difficultés.

Simplement votre « titillage » peut-être vécue comme une attaque en règle, c’est aussi pour cela que je pense que le pamphlet à l’état brut est contre productif, puisqu’il « braque » les principaux protagonistes.
Notre pays, se réforme, à son rythme certes, et sans l’approbation générale, mais on avance (d’ailleurs, moi qui n’aime pas notre dernier représentant politique, on ne peut lui retirer, son attachement « obsessionnel » à faire SA rupture). Et voyez, sans vouloir se référer aux autres pays, qu’ils n’avancent pas plus vite que nous, et qu’ils ont leurs failles. Il est aussi plus facile pour eux de mettre en exergue, nos failles que nos qualités. D’ailleurs n’est-ce pas un de nos exercice favoris de caricaturer, les autres ?

Voilà pour conclure, sachez que soutiens tout à fait votre excellente idée, de faire découvrir vos extraits (sans lesquels, je vous le dit le plus honnêtement possible, je n’aurais sans doute pas fait la démarche d’acheter).
Je vous souhaite ainsi qu’à votre ouvrage longue vie, et bonne continuation, sincèrement.
Au plaisir.

Vincent

 

Réponse:

Bonjour,

Je tiens à vous remercier pour votre email. J’apprécie la clarté et le ton de vos commentaires. (Sans doute ai-je beaucoup à apprendre de vous dans ce domaine !) Également, vos encouragements me touchent beaucoup.

Oui, je compare certains patrons à des enfants dans le chapitre leur étant dédié (mais je parle également des autres patrons français que j’estime « réveillés » et j’explique où réside la différence). Ce passage est issu essentiellement de mon expérience personnelle, ayant eu affaire de très près à des patrons français, japonais, chinois… L’enfant qui ne veut pas grandir, qui ne veut pas aller vers le monde adulte, traverse chaque ligne du livre, c’est ce que j’appelle « le syndrome généralisé de Peter Pan », la thèse principale de ce pamphlet. J’y crois dur comme fer, mais je conviens qu’elle est discutable et pour cette raison, j’encourage le débat.

Vous avez raison de souligner que le style du livre risque de « braquer » les gens, mais je crois, pour l’avoir constaté dans les nombreuses réactions que j’ai reçues, que ce « braquage » initial (souvent focalisé sur un passage du livre qui touche le lecteur en question) se transforme souvent en une réflexion plus générale sur l’ensemble du livre, sur sa dynamique en trois actes… (Enfin, pour ceux qui ont lu le livre !) Je n’en dirai pas plus, mais j’apprécierais vivement, surtout après avoir échangé ces emails, si vous le souhaitez, votre commentaire sur l’ensemble du livre quand vous l’aurez lu.

Bien cordialement,

Michael Doukhan

 

Vous pouvez vous procurer ce livre chez votre libraire habituel et sur

      

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *