Le nihilisme : une force créatrice ?

De Gorgias à Houellebecq, de Schopenhauer à Flaubert, des révolutionnaires russes (comme Pissarev) à Dada, le nihilisme traverse l’histoire de la pensée, de l’art, de la littérature… Il a revêtu de nombreuses significations, souvent contradictoires. On le voit parfois où il n’est pas, on le considère ordinairement comme dangereux. Mais sa portée est-elle une fin ou une « transmutation de toutes les valeurs » ? L’adolescent anarchiste et voyou n’est-il pas à la frontière de deux mondes ? La pensée d’aujourd’hui peut-elle encore s’appuyer sur des absolus ou le nihilisme serait-il la seule attitude authentique ? L’individualisme qui se généralise est-il un « non » créateur ? Dans son analyse de l’Absurde comme déclinaison la plus tragique du nihilisme, Camus ne sous incite-t-il pas à vivre positivement, malgré tout ?

 

Sommaire

Introduction : généalogie du nihilisme

Le « nihilisme » nietzschéen

Une force destructrice ou créatrice ?

Le nihilisme dans l’art

Nihilisme et politique

Conclusion

 

Le texte complet sera bientôt disponible dans le livre Cafés-philo

 

Science et religion : deux sœurs ennemies ?

La religion et la science s’observent, se rejettent et s’attirent depuis toujours. Les découvertes scientifiques ne paraissent pas faire reculer la religion… alors, qui domine le monde, Dieu ou l’homme? Seule la foi peut-elle donner un accès à l’essentiel ou l’ignorance est-elle le terreau de la religion ? Les scientifiques qui veulent tout expliquer rationnellement sont-ils dans l’illusion ? Et qu’en est-il des preuves de l’existence de Dieu ? Comment interpréter les passages du Livre qui entrent en conflit avec la science moderne ? Que penser du mouvement créationniste ? La théologie doit-elle évoluer afin d’être compatible avec la science ? Mais finalement, science et religion n’ont-elles pas la même origine et les mêmes buts fondamentaux ? Les premiers astronomes, géomètres, etc., n’étaient-ils pas des prêtres ? Ne peuvent-elles pas collaborer pour éclairer l’homme sur ses questionnements premiers ?

 

Sommaire de ce café-philo

Introduction

Penser sans illusion

Croire ou savoir : des imbrications complexes

Histoire d’une relation houleuse

Vers une réconciliation ?

Conclusion

 

Le texte complet sera bientôt disponible dans le livre Cafés-philo

 

La sexualité est-elle bonne pour le(la) moral(e) ?

On rapporte cette conversation entre Deng Xiaoping et Mao Zedong :

– Deng Xiaoping :  Quelle est la chose la plus importante pour toi ?

– Mao Zedong :      Faire l’amour.

– Deng Xiaoping :  Et ensuite ?

– Mao Zedong :      Faire l’amour encore une fois.

Ne sous-estimons pas la sagesse chinoise ! La sexualité est partout depuis toujours, elle fait du « bien » à celui qui la pratique, elle guide notre vie, il n’y a pas de vie sans elle. Mais d’où viennent les pulsions sexuelles ? Peut-on et doit-on les maitriser ? Est-elle une affaire privée ou une affaire d’État ? Que propose le Kâma-Sûtra face au rejet du corps judéo-chrétien ? À partir de quel âge et jusqu’à quel âge est-il « moral » de faire l’amour ? Que penser des expériences extraconjugales, de l’homosexualité, de la prostitution, de la pornographie, du sadomasochisme, du sexe en ligne, etc. ?

 

Sommaire de ce café-philo

Introduction

Qu’est-ce que la sexualité ? À quoi sert-elle ?

Sexualité et culture

Affaire privée ou affaite d’Etat ?

Autres thèmes

Conclusion

 

Le texte complet sera bientôt disponible dans le livre Cafés-philo

 

Les contre-vérités sont-elles vraies ?

La philosophie est parsemée de fausses idées, mauvaises interprétations, vrais mensonges et manipulations en tout genre. Afin de préparer une série de cafés-philo qui s’annonce riche en débats vivifiants, il m’a paru opportun d’évoquer certaines contre-vérités comme : Épicure était-il un jouisseur ? Nietzsche, un antisémite ? Spinoza, un croyant ? Les stoïques, des sans-cœurs ? Marx, un marxiste ? Les cyniques, des « cy-niques » ? Machiavel, machiavélique ? Comte-Sponville, un désespéré ? Diogène vivait-il dans un tonneau ? Un nietzschéen est-il nihiliste ? Les sophistes n’étaient-ils que de beaux parleurs ? Etc. Par extension, venez nombreux explorer avec nous comment les contre-vérités peuvent devenir la norme et atteindre le « vrai ».


Sommaire de ce café-philo

Introduction

Épicure était-il « épicurien » ?

Nietzsche, un nazi ?

Nietzsche, un antisémite ?

Spinoza, un croyant ?

Les sophistes, uniquement de beaux parleurs ?

Les stoïques, des sans-cœurs ?

Marx, un marxiste ?

Diogène vivait-il dans un tonneau ?

Les cyniques, des « cyniques » ?

Machiavel, machiavélique ?

Comte-Sponville, un désespéré ?

Conclusion

 

Le texte complet sera bientôt disponible dans le livre Cafés-philo

 

Morale et religion sont-elles nécessairement liées?

La transcendance religieuse qui permet à l’homme de « se dépasser » est-elle nécessairement l’inspiration de la morale ? Le fait qu’il y ait des religions plutôt qu’une ne conduit-il pas à l’éclatement de la morale, à son fondement universel ? Les morales laïques des « sociétés modernes » sont-elles vraiment libérées du « sacré » ? Pourquoi ces morales laïques et les monothéismes s’opposent-ils sur de nombreux sujets comme les relations préconjugales, l’homosexualité, l’IVG, etc. ?

 

Sommaire de ce café-philo

Introduction

Thèmes théoriques…

… et problématiques pratiques

Conclusion

 

Le texte complet sera bientôt disponible dans le livre Cafés-philo