Idéal libertaire

Les Français souffrent d’une récurrente utopie d’une société libertaire : Révolution de 1789, mai 68, récentes manifestations monstres… Ils croient profondément qu’on ne les comprend pas alors que tout simplement, ce sont eux qui ne voient plus rien, ils sont bercés d’utopie, d’idéalisme.

Ne voyez-vous pas que les prétendues révolutions desquelles vous êtes si fiers n’ont été que des feux de paille ? 1789, un bel élan de liberté ? Laissez-moi rire ! Les illusions qui ont engendré notre « Grande » Révolution se sont dissoutes aussi vite qu’elles sont arrivées : en quelques mois était instaurée la terreur et rapidement nous avons adoré un Empereur (un Roi ne nous suffisait plus) ! Mai 68 ? Laissez-moi rire encore ! Tous ces idéalistes qui n’ont su que fulminer dans la rue en rêvant d’une société libertaire illusoire et impraticable ont vite rentré la queue et demandé au pouvoir de reprendre les rênes ! Pompidou avait vu juste en défendant l’idée qu’il fallait laisser les illusions de 68 s’effondrer d’elles-mêmes ; c’est bien ce qui s’est passé. Il est possible à n’importe quel imbécile de défendre un monde idéal, mais lorsqu’il se rend compte que son rêve est impraticable dans la réalité, il se réfugie vite derrière les réalistes, les pragmatiques ; ces derniers leur jettent cependant quelques miettes pour faire croire à ces rêveurs que leur honneur est sauf. Je me marre !

La démocratie est vulnérable : seule la modération lui permettra de durer. Pour être modéré, il faut être libéré de ses tensions. Chaque citoyen doit avoir la possibilité de se libérer. Voilà le sujet fondamental de réflexion pour tout homme politique digne de ce nom : comment chaque citoyen pourrait-il tous les jours libérer politiquement ses tensions, plutôt que de les enfermer dans l’illusion d’une société libertaire (jusqu’à l’explosion plus ou moins dangereuse pour la stabilité sociale, voire de la démocratie elle-même) ?

Mai 68 a fait croire à tout un pays que le rêve d’une société parfaite était possible. Voilà le fondement même de toute idéologie, la pire des gangrènes de l’humanité. Depuis, ce sont justement les idéologies qui ont contaminé le dialogue politique en France, qui du coup n’en est plus un ; tout se passe comme si les Français regardaient à la télévision un débat politique un peu curieux : les deux candidats, chacun représentant d’un idéal, seraient tenus face à face, attachés sur leur chaise, car tous deux dans un profond sommeil, chacun rêvant à son monde parfait, chacun bien entendu incapable de communiquer avec l’autre…. Mai 68 a endormi tout un pays qui ne fonctionne plus et qui ne sait pas pourquoi. Le corps de la France est malade ; la cure c’est le réveil.

 

Extrait du livre « Français, réveillez-vous! »  que vous pouvez vous procurer chez votre libraire habituel et sur

      

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *