Jeunes: rejetez les esprits négatifs qui vous entourent!

Jeunes, ne vous trompez pas de cible : vos ennemis sont les syndicats réactionnaires. S’ils avaient le courage de s’adapter, les entreprises se remettraient à embaucher. Ces dernières doivent s’adapter tous les jours : environnements concurrentiel, législatif, fiscal, social… C’est pour elles une question de survie. Si elles ne s’adaptent pas, ces personnes morales – mais personne tout de même – meurent. C’est aussi simple que cela. Si notre chasseur préhistorique ne sait plus chasser, il meurt. C’est exactement la même chose. La confrontation quotidienne à la dure réalité vivifie les entreprises, les rend naturellement positive. Pour survivre, elles n’ont pas d’autre choix que la positivité. Mais les syndicats réactionnaires sont malsains, carnégatifs ; même s’ils ne s’adaptent pas, ils peuvent continuer à vivre grâce aux subventions, aux cotisations… Pire, ils gênent les autres dans leur survie ! Pire encore : on les remercie de nous plaindre ! Bravo ! Vous vénérez la maladie, vous vénérez la mort qui s’approche ! Alors, je vous le demande : cessez de défiler avec eux ! Quel couple nihiliste par excellence que le cocktail jeunesse-syndicalisme ! Et on veut nous faire croire qu’ils ont les mêmes objectifs ! Nous avons tous bien conscience, comme disait Jean Cocteau, que « la jeunesse sait ce qu’elle ne veut pas avant de savoir ce qu’elle veut », mais enfin, tout de même, ouvrez les yeux jeunes de France : le syndicalisme archaïque tue la jeunesse ! Voilà votre pire ennemi ! Savez-vous pourquoi ? Parce qu’il a construit ses combats, et conséquemment son identité, son idéologie, sur un Ancien Monde qui n’est plus, qui ne correspond absolument plus au monde dans lequel vous vivez. Les XIXe et XXe siècles vous étouffent. L’air malsain des hauts fourneaux et des puits à charbon flotte autour de vous ; gris, il vous empêche de voir le ciel, l’avenir. Cesser de vous tromper de cible : ne vomissez pas sur les politiques qui tentent de libérer les esprits, sur les entreprises qui veulent se développer, mais plutôt sur les syndicats qui laissent le passé tuer le présent, et donc votre avenir.

Extrait du livre « Français, réveillez-vous! »  que vous pouvez vous procurer chez votre libraire habituel et sur

      

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *